#dropdown-filter-menu-rankings{width:310px !important;}
HARO Lifestyle Magazin Logo

Se connecter

Mot de passe oublié ? (fermer)

Un seul toit, plusieurs générations

Taille de la police   

Autrefois une évidence, hier une contrainte, et aujourd’hui un choix de vie : de plus en plus de familles élargies partagent une même maison.

Du haut de ses deux ans, Lena tambourine à la porte de communication : « Mamie, viens ! » Quelques secondes plus tard, un visage encadré de boucles grises apparaît dans l’embrasure de la porte : « Voilà, voilà ! » La petite fille se jette dans les bras de sa grand-mère, avec qui elle passe la matinée, pendant que ses parents sont au travail et son frère Jonas à l’école. Toute la famille vit sous le même toit – une forme d’organisation qui revient en grâce auprès de nombreuses familles. Vivre à plusieurs générations sous un même toit s’impose désormais comme une réponse à la flambée des prix de l’immobilier, à la baisse des salaires et des retraites conjuguée au coût élevé d’une place en crèche ou en maison de retraite.

Partage des coûts

En se regroupant, deux familles disposent de plus de fonds propres, ce qui facilite le financement de la construction et réduit les sommes à emprunter. Autre avantage : le prix du terrain est divisé par deux, ce qui n’est pas négligeable dans les zones urbaines, où le foncier est particulièrement cher. Une seule maison pour deux générations occupera de plus toujours moins de terrain que deux maisons séparées.

Le fisc favorise aussi cette tendance, du moins indirectement. Une construction écologique permet de gagner sur deux tableaux, puisque l’avantage fiscal s’applique à chaque foyer fiscal. Si le logement est ensuite loué aux grands-parents, ceux-ci peuvent le déduire de leurs impôts. Le partage des frais d’architectes, d’appel d’offres, d’adjudication, de viabilisation, constitue un énorme gisement d’énergie. Sans compter que le chauffage central dessert les deux logements.

Espaces communs et privés

Chacun doit avoir la possibilité de vivre sa vie en toute indépendance. Pour autant, la cohabitation intergénérationnelle n’est jamais exempte de conflits. Il est donc judicieux d’envisager, dès la construction, la possibilité de partager la maison avec une famille complètement étrangère. Le principe de base : prévoir deux entrées indépendantes mais aussi des éléments de communication. Si les espaces privés sont essentiels, les lieux de rencontre le sont tout autant : par exemple, un grand salon-salle à manger faisant office de pièce commune et de centre de communication.

La flexibilité est aussi un critère clé de succès. Une possibilité consiste à opter pour la modularité des maisons préfabriquées, dont le plan peut être modifié si nécessaire ; mais il est aussi possible de faire construire deux bâtiments indépendants. Dans ce cas, « l’annexe » peut être louée à quelqu’un, accueillir la jeune fille au pair ou les enfants devenus grands, ou encore être convertie en bureau.

Par Tanja Müller

Rédigé le 05.12.2018 Catégorie: Découvrir, Éprouver L'article a déjà été lu 27  fois
Encore aucun commentaire   Rédiger un commentaire

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *

Rédiger un commentaire
Partager la contribution
0 0 Évaluer la contribution
Évaluer la contribution 0 0